10/10/2006

Minceur

Cette allée était-elle interminable ? Elle roulait comme on roule dans un rêve, sur un nuage, dans un nuage. Une pluie violente soudaine s’abattit et elle pensa à ce chauffeur qu’elle venait de croiser. Il allait devoir recapoter. Le mot la fit sourire et son imaginaire tourna à mille lieues d’ici à la rencontre de Henri de Lavallière. Sautant de l’un à l’autre, survolant les événements de sa vie, elle se dit que déjà elle avait parcouru un long chemin, rencontré bien des gens, que venait-elle faire ici, où se trouvait-elle réellement, elle avait quitté l’autoroute et puis la nationale, la départementale au lieu dit Saint Germain. Elle se demanda qui elle allait rencontrer, à la rencontre de qui elle allait ? Elle se revit quelques années plus jeune lorsqu’elle avait un moment imaginé son avenir dans le mannequinat.

Elle tremblait aussi fort que lorsqu’elle avait sonné à la porte du studio « Chez Boris », baptêmes, communions, mariages, reportages, noir et blanc, couleurs.

Elle s’était assise sur la courtepointe de satin noir, la pose même de Bethsabée, songeuse... Le photographe déplaçait son lourd appareil, heureusement sur roulettes, s’enfouissait sous son catafalque noir. Sa voix étouffée donnait des ordres :

— Non, les cuisses écartées. Très bien, oui, comme ça. Appuyée en arrière sur les bras tendus, les seins en avant, ... ... parfait. Ton cul, ma poule, ton cul, pousse un peu !

Il réapparaissait un court instant pour lancer une tirade Léaudesque "Sans le public des camionneurs, je serais foutu : la pornographie ce sont des jeunes filles bourgeoises et bien élevées, inaccessibles aux ouvriers, qui révèlent une authenticité de salopes" qui la laissa pantoise, elle ne se savait ni bourgeoise ni jeune fille, elle n’avait nulle conscience d’un écart social de la jouissance et des manières de faire quand on se met nue. Elle ignorait que ses vingt ans à fleur de peau dont elle était fière devenaient ici éternels et figures de démences pour bandeurs solitaires.  La jeunesse ne soupçonne pas tout ce dont les hommes sont capables. Elle ne voulait qu’un salaire convenable pour deux heures de prestatation.

L’incident et les magazines l’avaient conduite à des régimes maigreur, le temps était aux os apparents.

«Trente conseils pour mincir sans y penser». A la lecture, elle s’aperçut rapidement qu’en réalité, le propos était d’y réfléchir sans cesse et même, d’organiser sa vie en fonction de cet objectif: devenir mince, androgyne sans le savoir et ne pas cesser de ressasser les règles : «se dresser sur la pointe des pieds en se brossant les dents», «contracter les abdominaux au volant», «serrer le ventre et les fesses sur sa chaise de bureau», déjeuner d’un bouillon de légumes et souper d’un jus de pamplemousse.

Tout cela avait eu un temps, un moment de vie où l’on imagine qu’il est facile de se laisser couler dans le moule, que l’on sera célèbre, que la couverture des magazines vous donne le sourire éternel. On ne sait pas si l’on a vécu les files d’attente du casting et si elles sont différentes de celle de l’agence locale pour l’emploi. On devient dactylo, on timbre le courrier, on se trompe de compostage, prioritairement, on n’est pas affranchie, on fait des bêtises, on mange du chocolat. Elle est où la vraie vie ? Va-t-on remplacer les châssis du foyer ? Les bergères Ikea sont-elles moins confortables que celles du Bon Repos ? On mange des grains de café enrobés de chocolat, cela ne fait plus un régime, régime cela fait stalinien, on enfile un jean d’une taille plus grande sans rougir, on devient soi dans une société défoncée au Valium où il aurait fallu, pour plaire au lecteur honteux, vivre heureuse dans une société où les femmes font du chiffre inscrit sur l’étiquette de leurs vêtements un critère décisif de leur estime d’elles-mêmes ?

Les filles du Sud sont-elles autres, se demanda-t-elle, freinant violemment et ne pouvant cependant empêcher la voiture de heurter un obstacle. La pluie et le rêve du temps qui passe l’avaient empêchée d’y voir parfaitement clair.

 (à suivre)

05:25 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mannequin, regime, minceur |  Facebook |