28/03/2007

Feuilleton

Oui toutes les aventures de Henri se poursuivent ...

extrait de "La dépêche" de ce matin ...

Je traverse un plus grand jardin, il y a un petit étang, je m’allonge sous un bosquet fleuri, Doris m’emmenait dans le jardin derrière chez elle, pour cueillir les narcisses et les muscaris bleus aux senteurs prunelles citron sapin vert jardin d’éden. Nous ne tardions jamais à faire l’amour, étendus là où un creux d’aubépine éloignait définitivement son grand-père ou sa grand’mère. C’est elle qui me prenait les mains, me forçait à m’agenouiller puis à m’étendre tandis qu’elle m’embrassait, pour appeler mon désir qui curieusement n’était pas plus intense que le sien. Les caresses se confinaient à l’essentiel, le déshabillage n’entamait que des nudités très partielles, je finissais sur le dos et elle, découvrant ses fesses, se faisait rebondir sur mon ventre.

08:56 Écrit par Xian dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : congo, katanga, terroristes |  Facebook |

16/11/2006

Kabila for ever

Georges s’empresse auprès d’André lui lançant un bonjour, comment allez-vous retentissant, qui lui vaut un "Tout mon malheur ne vient pas de ma façon de penser, mais de celle des autres" comme disait Donatien Alphonse François de Sade.

— Certainement, certainement, répondit Georges qui installa André.

— La barbe s’il vous plaît et manucure.

— Je vous envoie Georgette et son assistante.

Quant à moi, j’engageais quelques mots avec Henri, les dernières nouvelles du jour : L'armée turque a suspendu ses relations militaires avec la France en riposte à une proposition de loi française réprimant la négation des massacres d'Arméniens de 1915-1917 et puis plus loin, le plus jeune chef d’État africain (35 ans), autodésigné en 2001, a obtenu 58,05% des voix contre 41,95% à son adversaire le vice-président Jean-Pierre Bemba. Si la Cour suprême de justice locale et tribale, confirme ces résultats, Joseph Kabila, arrivé au pouvoir après l'assassinat de son père, deviendra le premier président élu au suffrage universel direct de l'ex-Zaïre redevenu Congo.

— Voilà qui ne peut que nous réjouir lança Henri en ajoutant que les têtes de Turc ne se manipulent pas aussi facilement que les cerveaux Walbanais vides et que les Ministres Présidents Directeurs à vie et à mort ne se retrouvent pas qu’en Afrique. La démocratie ... ah ! quel mot merveilleux que l’on peut accomoder à toutes les sauces.
Tiens, à propos, ajouta-t-il, qu’est devenu l’extraordinaire PRPC-VIVANT à idées de démocratie directe, tant au niveau local que national, dans laquelle la population aurait pu s'exprimer directement sur des questions importantes, indépendamment de toute tendance politique.
Le PRPC-VIVANT espérait promouvoir une plus grande liberté individuelle, un plus grand respect de l'environnement et un fonctionnement plus efficace des organes de l’État dans un pays totalement corrompu ou le pain quotidien est le propos constant.
Selon le PRPC-VIVANT, le gouvernement aurait dû exercer un rôle d'assistance et de service, à la disposition du citoyen. On ne pouvait souhaiter mieux dans une démocratie populaire élue au suffrage universel ! Le communisme pur et dur en mieux ! Tiens, voilà Mauve, il est déjà neuf heures ?

— Tu sais bien que Maureen n’aime pas qu’on l’appelle Mauve lança Dimitri qui entrait derrière elle. On vient prendre un café chez toi.

 

 

Sous la couche de mousse à raser Zalinsky regardait le décolleté de Mina et plus loin les quatre personnages qui prenaient le café. Il pensa à ce qu’Abraham lui avait dit avant de s’en aller. Il pensa au gisement d’uranium. Il pensa que les Américains allaient mettre la main dessus, via Mathuvu. Et qu’alors sa position serait vraiment intenable. Il avait une occasion de se racheter, une seule : révéler au colonel de la DGSE ce qui avait poussé Israël à agir pour son propre compte. Le montage Crominox n était pour lui qu’un nom, une composante imprévue sur laquelle il n’avait pas prise, David ne lui avait rien dit. Par contre, il savait tout sur le gisement OBO.

Et il le raconta à André, là, au milieu des décombres et de la fumée. Puis il regagna sa Masrati et disparut, Zalinsky n’avait pas idée de ce qu’il était devenu. Mais Mathuvu avait eu le concer comme tout le monde et Tshombe avait été pendu. Kabila allait encaisser les dividendes et lui, André, ne serait jamais payé pour le boulot qu’il avait fait.

 

 

Marotte s’était immobilisé dans le petit escalier de service, à l’arrière de l’hôtel. L’étendue de son échec et la vanité de son entreprise lui apparurent tandis qu’il s’éloignait dans la rue, insoucieux des cris d’horreur d’un petit groupe de passants agglutinés pour tenter d’apercevoir les terroristes. La foule aime se presser lors des mariages de scientologues ou lorsqu’un immeuble crame. Dire qu’il ne savait toujours pas ce qu’il y avait dans cette foutue mallette ! VanCau prétendait que c’était le bail d’Immo-Congo, Hasquin disait que c’était le plan d’implantation de l’usine d’eau lourde, le Corse soutenait que c’étaient de solides biftons de 500 dollars mais peut-être n’était-ce qu’un vieux sandwich jambon beurre, ou des échantillons de roches pour Haroun Tazieff, aussi Polonais que le pape, géologue et volcanologue, secrétaire d’État à la Prévention des risques majeurs depuis 84 en France. Il se mit à rire tout seul. La folie était totale. Sa dernière mission, avec trois tueurs aguerris, et il avait échoué sur toute la ligne !

 

 

(à suivre)

06:10 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : congo |  Facebook |

10/11/2006

Fin de semaine amusante

Vendredi matin

La société Vals, ce sont entre autres les marques Vals Reine, Brubulle et Bouillon, pour ne citer que les enregistrements officiels de la marque mère; l’entreprise Vals, premier producteur d’eaux minérales de la région, a également des parts de marché en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Vals est contrôlé à 49% par la famille Dubois, à travers le holding luxembourgeois Luxen. Pendant longtemps, on a parlé de la reprise du groupe Vals, mais rien ne s’est produit. Le groupe lnterbrew, actionnaire minoritaire de parts (32 %) dans Vals autrefois a revendu ses parts qui ont été achetées en sous-main par Yolène Dubois.

Une ombre ouvre la porte de « La sardine» L'humidité se dérobe. Une bouffée de bruit et de lumière s'échappe brisant l'élan de la jeune femme. Le doute l'immobilise plus sûrement encore. Elle tourne lentement la tête. Sa chevelure constellée de gouttelettes frissonne légèrement. Un éclat d'inquiétude agrippe son regard. Elle scrute la pénombre comme autant de reflets de ses incertitudes. Il n’est pas là ? Viendra t’il ?

La porte s’ouvre derrière elle, elle sait déjà, sans se retourner : C'est lui.

Il sort du brouillard et s'arrête en face d'elle. Ses yeux lancent tant de questions.

Elle a tellement insisté pour ce déjeuner. Il s'est maintes fois dérobé. Cette entrevue lui fait peur. Il a fini par accepter, à l’approche d’un embarquement sur le Rosario.

Plus tard, 33.45N 10.50E, Djerba...

Il s’était excusé.

Et puis ce vendredi matin.

— Bonjour Henri, je viens me teindre en rousse, on me dit que tu aimes ça maintenant.

— Bonjour Yolène, j’aimerai toujours tout ce que tu aimeras, ... Georgette, voulez-vous satisfaire les désirs de madame ?

 

Yolène s’installe puis se met à rire en voyant la petite ombre, dactylo chez l’entrepreneur voisin qui passe à la recherche de son gâteau matinal.

Elle en a raconté une bonne à Georgette paraît-il.

Oui, « ils » s’amusent encore comme des fous des échos socio-politiques dans sa ville, la dernière en date : un immeuble a été pris en location par la Communauté française de Kinshasa, anciennement Léopoldville, pour y abriter la représentation Wallonie-Bruxelles (sic) dans la capitale congolaise. Cet immeuble appartenait à la société Immo-Congo, dont le siège social se trouve rue de Jumet à Gosselies et la Communauté française a signé avec cette société un étonnant bail de vingt ans, tu penses, dans vingt ans, après les soixante-sixième guerre tribale entre Thudiniens et Frasnois ! Mais ne dit-on pas : vingt ans, un bail ! Sa présidente est Sabine Gaquier, l'épouse de Daniel Lebrun, un réviseur d'entreprise proche de Jean-Claude Van Dammenberghe, alors Ministre-Président de la Région walbanaise, qui avait fait appel aux services de ce réviseur lors d'un montage financier relatif au club de football du Sporting de Charleroi.Là-bas, on ne dope plus les joueurs, c’est trop dangereux, on magouille directement les clubs ! Et en cas de coup dur on prépare sa retraite le long des Stanleyfalls.

 (à suivre)

06:10 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : congo, charleroi, deniers publics |  Facebook |