04/04/2008

Parking

 

A la pause midi, j'aime bien aller faire un tour au parking géant de la galerie marchande qui a été construite sur le site de l'ancienne Usine Buda Bruda et Compagnie.

Pour y faire quoi ? Du simple, du doux, du délicat, j'adore voir les conductrices débarquer de leurs voitures, aller chercher un caddie et le pousser, revenir, se pencher très en avant pour emplir le coffre des victuailles et objets achetés. Et puis, parfois, il y a des scènes qui me troublent et je les emmagasine pour aller quelques instants plus tard me masturber à la toilette du Pizza House.

Moi, je travaille comme réassortisseur frigo à la boucherie Trèfres, une affaire industrielle de salamis et autres saucissons de toutes les régions d'Europe. Ce midi, en sortant par la petite porte bleue en fer, je croise, arrivant de la galerie une femme plutôt jolie, habillée d'une jupe ultracourte, portant un paquet à la main. Elle se dirige vers l'extérieur. Je lui emboîte le pas, admirant ses longues jambes et le balancement de son petit cul. J'espère bien la voir monter en voiture et me régaler de ce qu'elle offrira en passant ses jambes au-dessus du marchepied.

Je suis à sa hauteur lorsqu'elle s'assoit sur la banquette d'une vieille deux chevaux jaune et découvre ses cuisses jusqu'à un slip blanc ; comme elle se tourne vers moi, elle se rend forcément compte que je la regarde, mais elle ne semble pas s'en apercevoir, elle démarre. Je suis sa voiture des yeux, et je constate qu'au lieu de prendre le chemin de la sortie, elle va se garer près de l'entrée des fournisseurs. C'est étonnant, je me dépêche pour la voir sortir de la voiture et me réjouit à nouveau du spectacle de ces longues jambes, vision délicieuse du fond de sa culotte. Elle se met debout et entre par la porte sur laquelle figure en bonne place la mention « Entrée interdite ».

Je me poste derrière une 404 et mon attente est vite récompensée, la voici de retour avec un petit dossier à la main. D'où je me trouve, je verrai mieux encore ... et je vois, mieux, je vois l'incroyable slip blanc immaculé qui tente assez vainement de cacher une toison abondante. Cette petite salope m'a mis le feu au sang et je sens mon cœur cogner : moi qui rêvais depuis longtemps de tomber sur une exhibitionniste, me voilà servi !

Et que vois-je, la voiture ralentit, s'arrête au bout de la piste en face des garages de Norauto, et après un court instant d'immobilité revient droit vers moi.

La deux chevaux oscille dans l'allée et passe à quelques mètres de moi, sidéré qui aperçoit, déposé sur la boule du changement de vitesses : un slip blanc. Très doucement, elle caresse de la paume le linge soyeux puis, elle me sourit, démarre sur les chapeaux de roues et disparaît de ma vie tandis que je retourne vers Trèfres où j'irai me masturber derrière les tonneaux de saucissons d'Arles.

 

 (extrait de Cd201 Érotiques et sataniques - avril 1987)

 

 

 

 

Autres histoires : Xian

07:00 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.