27/03/2008

Perdre ses racines

Je pense que pour vivre, il faut s'y prendre très jeune, parce qu'après on perd de sa valeur et personne ne vous fera de cadeaux, disait, paraît-il, Romain Gary. Il avait raison, d'ailleurs son suicide prouve sa hantise de vieillir, il avait peur de ne plus bander, cet innocent, il avait juste oublié que ce qu'il avait perdu en fraîcheur, il l'avait gagné en retenue, lui si bien éduqué, façonné par sa multiculture inhumaine ; Romain Gary, d'origine juive et slave, français par choix, moitié américain, mi-européen, est un exemple de la non-finalité de ce brassage qui ne débouche ni sur la diversité ni sur l'uniformité mais sur la perte de toute substance individuelle.  Pourquoi suis en train de citer Romain Gary ce matin, je n'en ai aucune idée, peut-être le regret de n’avoir su en lire que quelques lignes éparses, j’ai toujours refermé ses livres de quête à l’inaccessible espoir qui ne sont quetomne alors que je veux vivre intensement mille printemps.J'ai reçu une éducation judéo-chrétienne européenne, je déplore que le consensus politique ait submergé ma culture et je pense que la perte de ses racines conduira le peuple de mes régions à l’oubli.Mourir, c’est cela, c’est être oublié.(aller chez Xian)

05:45 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Salut Xian ;)) Je te conseille "La tête coupable", dont on a tiré le film "Les faussaires" et "La danse de Gengis Cohn" : ils prouvent que même le désespoir engendre de belles lignes d'humour féroce ;)

A bientôt

Écrit par : Ubu | 27/03/2008

je ne manquerai pas d'aller les lire, bonne fin de semaine ...

Écrit par : xian | 28/03/2008

Les commentaires sont fermés.