31/12/2007

Santé !

bouchon2

09:31 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/12/2007

Passage de l'an neuf...

 

Plan rapproché de Julie, en contre-jour. Elle semble être sur le balcon de son appartement (situé au deuxième étage, à droite, au cœur du grand ensemble). A sa gauche, en arrière-plan, un building. Plus loin, plongée générale orientée vers le rond-point, un énorme chantier de bâtisses à venir, combien de lapins encore à loger ici ? Plan droite, extrême, une route, un échangeur, une cité de buildings semblable à toutes les autres depuis des années et pour la fin des temps.

Bruits d'enfants qui jouent. Serait-on près d’une école ? Il y a toujours des écoles, dans les cités. Julie plan rapproché, le visage se tourne vers la gauche, à droite, en arrière-plan, un autre building.

Maintenant, elle tourne la tête à droite, mais ça n'a pas d'importance. Elle, c'est Julie Manson. Elle habite ici. Elle porte un chandail bleu gris avec deux raies jaunes. Ses cheveux sont châtain foncé ou alors brun clair. Je ne sais pas exactement. Elle est d'origine russe d’après ce qui se colporte chez la crémière. Une miss Belgique qui serait russe, est-ce compatible ?

Mais qu’y a-t-il de compatible dans le monde dans lequel nous vivons, nous tentons de vivre ... à gauche sur cour donne le ton, le ton juste, quelques héros égarés dans les massifs de Pède et d’autres dans les immeubles à appartements multiples de la vallée de la Saine, cela a déjà été dit !

Cité, immeuble, le deux cent quatre-vingt-treize. Soleil du matin tôt, c’est rare ... Comme chaque matin, le réveil-radio de Julie inaugure la journée en laissant éclater le programme musical de Belle TRL dans sa chambre à coucher, elle rentre, referme la porte–fenêtre du balcon, l’invasion sonore n’a duré pour le voisinage qu’une demi-minute. Dans le silence d’en face, j’aperçois les chiffres 7 :00 vert tendre sur l’écran scintillant du dessus de lit.

La cité est-elle la proie des maîtres du temps ?

La plupart des lecteurs qui entrent dans le monde de Xian se perdent dans les histoires et les personnages. On ne saura jamais si cela était voulu par Charles Lauteur qui est l’inénarrable raconteur des aventures desdits personnages.

11:05 Écrit par Xian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2007

Coup d’œil à la rue

Coup d’œil à la rue, plus loin, derrière un talus, un grand chantier, des hommes s’affairent, la ville : c’est cela, des femmes en courses et des hommes qui s’affairent. Si personne ne bougeait, rien ne se passerait. Et si rien ne se passait, la ville resterait calme, endormie, les gens seraient sans doute heureux.

Une brouette sur la route. Des camions-pompes à béton vident leur charge. Grands bruits de travaux et coassement de corbeaux, enfin, peut-être, c’est quoi ce bruit ?

15:41 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/12/2007

Serge ? Un espion ?

Une stagiaire sexy lui apporte les derniers télex. Il la remercie et ajuste ses lunettes pour mieux examiner le sympathique postérieur qui ondule vers la sortie sous la minirobe en stretch. Délicieux. Il pousse un soupir de satisfaction, prend le temps d'allumer son gros cigare, et s'attaque aux dépêches. La première lui file un coup au coeur. Il y est question d'une perquisition policière chez un éducateur marseillais en fuite, que l'on soupçonne d'avoir été le complice de Marthe, une déglinguée qui aurait vendu des secrets à l’Ouest. Comment peut-on vendre des secrets à l’Ouest, à l’Ouest rien ne va plus et même Tournesol cherche et tourne en rond, accroché à son pendule. Serge façade donc serait en réalité un simple espion.

 

Serge espion, quand alors ? Dans une vie antérieure ? A-t-on des vies antérieures ? Comment s’appelait sa femme ?

 Françoise ? c’était Ayuthia, Minerve, la sagesse qui veille sur nous, et le maître de tout c’était lui, Serge, je les ai vu de ma fenêtre. Lui, elle, espions, espionnés oui ! Serge, un drôlissime, version locale, un faiseur de dollars pourtant, un orfèvre qui fait jaillir de ses mains des saladiers d’argent plein de caviar de la Caspienne, dont on me sert une louche lorsque je participe au barbecue des immeubles de la rue, une coutume qui prend forme et qui n’est pas déplaisante.

J’aimais bien parler avec lui, il parlait surtout des femmes, c’est peut-être le seul sujet de conversation qu’ils peuvent avoir, les espions. Il les aimait à la fleur de l’âge disait-il, vivaces et aspirantes. Quant à Françoise, que je n’ai en définitive rencontrée qu’une seule fois, elle avait laissé entendre qu’elle était douceur et érotisme.

 

Question femmes, c’était bien pratique ces déjeuner, lunchs, barbecues, enfin, ces repas un peu en commun pour apprendre à se connaître entre voisins.

Tandis que je parlais en me goinfrant de caviar iranien et de chips de chez Smith d’en face, j’écoutais les babillages et les remarques, je venais à douter de mes talents d’observateur, quelle belle bande de menteurs, à peu près tous. A mes côté, il y eut une Marcelle, bouche gourmande, embarbouillée de petites saucisses Zwan et de pizza minis, quelque chose dut la chagriner, un nuage passa sur son visage qui s’assombrit soudain.

J’ai oublié ce que nous dégustâmes ensuite, j’ai même perdu de vue les autres femmes présentes, et je ne me suis même pas demandé d’où sortait cette Marcelle que je n’avais jamais vue. Espionnait-elle l’espion ?

Avec des précautions d’évêque pour les saintes huiles, Serge emplit nos verres d’un Saint-Estèphe qui reste dans l’âme bien après que les sens en aient perdu traces.

07:28 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2007

Propos Hergéens à tenir ?

 

Envie de vous exprimer à propos de Tintin, en dehors des sentiers battus ?

 

Venez le dire là :

 

http://redacchef.xianhenri.be/

 

Ou là :

 

http://liensutiles.forumactif.com/rue-du-labrador-herge-tintin-f89/

 

05:45 Écrit par Xian dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2007

Serge

Premier étage droite, le fameux Serge, un cousin de Jean-Claude ? Serge, prénom masculin courant. Sa femme est enceinte. On n’est pas sûr de savoir de qui. Sa femme, parfois elle est là, parfois pas.

 

On ne sait pas très bien ce qu’il fait ce type-là. D’après la boulangère qui le sait d’une amie qui a été sa secrétaire, Serge serait une sorte de hippie punk branché dans l’édition, un moment on a dit qu’il travaillait aux éditions du soleil, mais plus tard, on a murmuré qu’il s’occupait des Martine chez Casterlinden. Dans son bureau design de rédacteur en chef branché, après avoir dégusté son café au lait et ses trois croissants pur beurre, Serge savoure son premier Corps Diplomatique de la journée - le meilleur. C’est cette Nadine, la secrétaire qui habite de l’autre côté du boulevard et qui est l’amie de la boulangère qui le raconte : Oui, il fume comme un truc, ce qui est une expression intéressante mais que perso j’aurais transformée en : Il fume comme un Gainsbard !

08:46 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |