31/10/2007

Antithèse

 

 

Clinton T. Duffy fut directeur de la célèbre prison américaine de Saint-Quentin. Il publia un livre aux USA vers 1965, en collaboration avec le journaliste Lindsberg.

 

C'est un ouvrage intéressant, très américain dans son désir de dissiper les confusions, d'accepter la sexualité comme quelque chose qui est part entière de la vie, y compris sociale, de voter des lois qui en tiennent compte au lieu de la passer soit silence, de transposer une chose dite honteuse en une chose naturelle, d'essayer de vivre avec elle au lieu de la mettre à I’écart.

 

La thèse de Duffy est que la sexualité est à l'origine de presque tous les crimes, ce qui est vraisemblable. Il va un peu loin peut-être lorsqu'il affirme n’avoir jamais connu un seul voleur de sac qui se soit contenté d'arracher, le sac puis de le jeter après l’avoir vidé de son contenu sans avoir lutté contre la fille qui le portait, en essayant de trousser ses jupes, mais la métaphore pour audacieuse qu’elle est me semble cependant réelle si l’on considère que l’acte n’est qu’une parcelle de l’intention globale. Sans doute le voleur aurait-il été un violeur s’il l’avait pu. On constate ces choses-là lors des actions dites « de guerre ». Le viol semble donc la vraie raison pour laquelle il s'était attaqué au sac, non pas pour les quelques dollars qu'il pouvait contenir mais parce qu’il cherchait le contact physique.

 

Sa fréquentation de milliers de délinquants lui permet de rapporter des faits significatifs sur lesquels son regard n'est presque jamais dénué de sens même s'il est souvent quelque peu simplificateur. Très représentatif aussi de la mentalité américaine des golden sixties est son jugement sur le comportement de ses compatriotes :

 

Nous ne sommes pas raisonnables, réalistes, honnêtes, francs ni logiques avec nous-mêmes en matière de sexe. Nous le traitons comme s’il nous avilissait, nous regardons honteusement les kiosques et tourniquets des librairies mais les sommes d’argent brassées sont considérables et nous chantons des choses gaillardes et paillardes, nous allons dans les boîtes de nuits pour nous coller qui contre une femelle en rut qui contre un mâle durement membré. Comment ce fait-il que les mieux équilibrés d’entre nous sont toujours un peu embarrassé devant les choses du sexe ?

10:29 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/10/2007

Perdéje la mémoire ?

N'ai-je pas déjà écrit ceci ?

 

Quand j'écris, les mots me viennent dans la bouche, avant de venir sur la page. L'écriture vient toujours comme ça, du dehors pas du dedans. C'est le dehors qui me rentre dedans. Et quand c’est dedans, cela doit sortir, s’en aller, être expulsé ...Je dois avoir un côté féminin.

06:00 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/10/2007

Sortir de la routine

 

De temps en temps, sortir de la routine métro clodo – boulot idiot – dodo, quel délice ! ...

 

S’évader en lisant Henri le déjanté... mais aussi oui oui, Henri 293 !

 

293 ? Alors, une explication concernant le 349 ?

 

Henri du lundi, toujours aussi ewaré !

 

Plus sérieux, mais pas trop : Henri  

05:15 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/10/2007

Serge

  

Traits tendus, j’imagine la rédactrice en chef me faire la leçon. Attention à l’orthographe, mon ami, regarde, en page 5, lorsque tu écris que ta jolie Chimère ta parle, cela fait désordre, surtout après le s égaré au bout de quelque chose. Et le i du coucou n’est pas plus étonnant non plus, n’est-ce pas ?

Ai-je parlé de Chimère ? Est-elle ma femme de papier qui comme Alice, en mon complexe libidino-intelllectuel, s’est installée au pays des tempêtes Moebiusiennes et des brumes fractales.

 

Au Moyen-âge, dira l’avocat général, avant d’y bouter le feu, on étranglait les victimes. Serge, lui, n’a eu aucune pitié pour sa femme enceinte de quatre mois !

A Neufchateau, un nouveau procès fleuve secoue l’opinion catholico-bourgeoise, un homme a tué une femme. Il est vrai que l’usage veut plutôt que ce soit les hommes qui meurent, Abel en sait quelque chose.
Voici donc l’avocat général qui lance quelques effets de manches, suspension d’audience jusqu’à lundi treize heures, déclare, en crachotant dans le micro, un huissier-greffier moins mignon que ceux de Pierre Perret.  

06:45 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/10/2007

Tire ton plan

C’est quelque chose, surtout que d’après une gazette allemande, la Belgique serait le pays le plus corrupteur du monde, loin devant l’Italie et la France.

Je n’avais qu’à tire mon plan est très flamandissime, en page précédente, tandis que la boule de loto est unique et que Chimère ma parle de plus en plus, alors, les correcteurs ? toujours dans l’ombre ? Bon, revenons-en à nos moutons, je veux dire à l’écriture, si on commençait par placer quelques voitures, des dialogues en rafales comme ceux d’Audiard, des soucis domestiques et très courants, une maîtresse mal intentionnée pour un héros un peu désabusé, un pique-nique au champagne sur une couverture à la Renoir, des sensations télévisuelles, des tueries à l’échelle planétaires, des spots publicitaires pour la pommade contre les hémorroïdes ou pour coller les dentiers, un coup de sonnette annonciateur d’une catastrophe naturelle, une tante d’Espagne, un oncle d’Amérique, du Sud.

 

06:45 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/10/2007

Vendre son sperme

 

Tire mon plan m'a laissé de guingois, je me souviens que Chantal de Hanovre se rebiffe et que Stéphanie lui pique son mari mais Stéphanie a vingt ans et c'est un petit poulet. Arnaud de Chassipoulet. Je n'en sors pas, cette fois-ci, c'est le bide. Catherine Deneuve reste le joli iceberg qu'on connaît.

 

Vendre son sperme sur Internet est normal, mais cela se passe à 33.600 bits par seconde, c’est énorme, faut avoir la santé !

Confirmant son rôle de pionnier, la Belgique s’impose comme le pays de pointe dans le recyclage de la vache folle.

Quarante ans après l’Allemagne, priorité de gauche dans les rond-points belges.

06:45 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/10/2007

Loup et lapin

 

Isabelle refuse de se laisser emmener à l’hôpital avant qu’on ne dépose le copyright traditionnel. J’ai beau lui dire que je vais m’en occuper, elle s’en fiche comme de sa première chemise, voire même celle très abîmée qu’elle porte pour le moment.

 

Ils l’ont amenée chez moi en piteux état en me disant que j’étais l’auteur et que je n’avais qu’à tire mon plan avec elle. J’ai téléphoné à Arthur pendant qu’on plaçait la pauvre fille sur mon lit, sous les yeux effarés de Chimère qui roule les yeux en boule de loto et les r comme aucune Chinoise ne saurait le faire.

Ma petite amie jaune place une poche à glace sur l’abdomen endolori de l’Isabelle en question et s’empresse de prendre dans notre armoire pharmacie les cotons, flacons de désinfectants et antiseptiques nécessaires à soigner un peu mon héroïne.


— Ce n’est pas la peine de rester dans la chambre me dit Chimère, tu as suffisamment regardé les seins de cette fille de peu et de bien d’autres, tu vas te fatiguer les yeux mon petit loup.

 

Quand elle dit mon petit loup, c’est que ça va barder, comme l’autre fois quand elle m’a surpris avec cette fille de la jeune et belle génération actuelle, comment était-ce encore, ah oui ! Sophie Marceau, il est normal pourtant comme auteur que je rencontre des personnages vivants pour bien comprendre le monde dans lequel faire évoluer mes amis. On ne peut aujourd’hui se contenter de l’imaginaire. Déclarer que cette Sophie-là parle beaucoup de ses seins sans les avoir vus, c’est mal faire son boulot et maintenant qu’on se connaît, vous avez compris, amis lecteurs, que j’aime le travail correctement fait.

Par exemple je suis contrarié de ne plus savoir vraiment qui sont Céline Dion et Georges Clooney dont Chimère ma parle souvent, des amis québécois à elle ?

— Pendant que tu glandes, va un peu voir à ma voiture, j’ai une petite lumière rouge qui reste constamment allumée, hier c’était même ennuyeux pour les yeux.

— Une lumière rouge ! m’exclamai-je à haute et vigoureuse voix, mais c’est souciant cela, mon petit lapin.

Loup et lapin c’est très zoophile mais ça dit bien ce que cela veut dire.

06:45 Écrit par Xian dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |