30/09/2007

Dimanche tranquille

 Dimanche tranquille http://img250.imageshack.us/img250/976/medemtelepw4.jpg 

06:00 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/09/2007

Biocarburant

Un mot de l'ami Petrus

 

Le terme "biocarburant" est une supercherie sémantique énorme !

A abandonner sans délai.

 

Il est plus exacte de parler d'agrocarburant !

Ces agrocarburants - pour lesquels il y a un grand engouement - sont en train de provoquer de véritables tragédies.

Destruction de la nature, d'habitats naturels, prix des denrées alimentaires en très nette hausse, famines, augmentation de la pauvreté...

 

Il est temps de vivre plus simplement...

 

08:50 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/09/2007

Henri Belle

412 Les Henriades Extraits... quelques lignes de mise en bouche.

(Pas d’idées fausses svp !)

 

Un lecteur qui tripote les bitonios de l’univers de Xian m’annonce qu’on ne peu plus lire le texte assez autobiographique de Henri Belle, ce « blog » est paraît inaccessible.

Oui, il faut bien le dire, je me plains de Skynet et je continuerai à le faire, qu’est ce qu’elle croit, Julie, dans sa tour d’ivoire ? ... mais ailleurs c’est pire, ça ouvre, ça ferme, ça déménage enfin, c’est le bataclan perpétuel... donc, pour ceux qui aiment le découpage en feuilletons, retour de Henri Belle dès lundi et pour qu’aucune confusion d’Henri ne s’ajoute au bordel ambiant (le mot est désormais au dictionnaire) le retour sans fanfare mais avec les dessins originaux se fera ici :     
http://xianblabla.blogspot.com/

 

(ancien éditeur)

08:23 Écrit par Xian dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2007

Le Jutus

Un lecteur me questionne sur le Jutus

 

... Concernant le Jutus, tout se complique évidemment.

 

Importé de Mongoldavie au Moyen-âge, le Jutus n’apparaît pas immédiatement comme une technique rentable jusqu’à ce que Spielman, un redoutable inventeur des collines de la cité des anges ( un bourg local au nom d’un chewing gum célèbre ) découvre Tchang Litchi, un livreur de pizze dont le papa, après avoir été laundryman sur des paquebots aux nombreux passagers clandestins, avait ouvert un cénacle très privé où se divulguaient à petites doses des secrets anciens permettant de saisir des passants en criant le fameux Couac, qui tue.

 

Comme chacun sait, après le Hollandais volant, rien de plus vorace et âpre au gain que le Belge dont on annonce la disparition prochaine. Un certain Jean-Claude ( rien à voir avec notre vivant Vidal qui s’est expatrié au Sud ), élevé dans la banlieue portuaire d’Anvers et qui avait suivi des cours très évolués d’écartèlement de membres inférieurs, se sentant un peu de vague à l’âme et fortement poussé par quelques amis d’apéros quotidiens se décida à faire la traversée en solitaire ( bien qu’il se soit marié plusieurs fois – ou à cause ?) et à aller s’instruire auprès du nouveau maître qu’il avait découvert dans la petite salle de cinéma de quartier.

 

Sa déception fut assez grande, le fameux Couac de cinéma était en réalité le cri du cochon qu’on tue amplifié par des sonos modernes. Il décida donc de créer sa propre école. Mais voilà, un bonheur ne vient jamais seul, alors qu’il traversait Sunset boulevard, ayant aperçu Brittney charriée par Brandon, il fut renversé par un quad piloté par Spielman. Quel malheur, après cela plus question de devenir célèbre, le couac n’est rien et l’écartèlement devenu impossible suite à l’accident de circulation. Qu’à cela ne tienne lança le chauffard, venez passer un casting pour devenir le maître de Jutus de mon prochain épisode des experts. On fera comme si et personne ne saura rien de votre état, on a d’ailleurs déjà habitué les gens à cela en leur imposant Robocop.

 

Ainsi donc commença à se vulgariser le Jutus, présenté très dynamiquement, il faut le dire par ce Belge super aware qui ose affirmer haut et court : le Jutus c’est autre chose que du King Kong fou ! Le jutus est une des trois choses importantes de la vie, la première la bagarre, la deuxième, la rigolade devant les écrabouillés, la troisième le retour à la Jupileriacasa qui est le local où se tient le maître incontesté du Jutus. On peut aussi y ajouter des chips au bacon. Que les chips au bacon c’est la démonstration du mouvement universel : tu en manges parce que ton verre de bière est vide et tu fais remplir le verre parce que les chips te donne soif.

 

Si tu as déjà pratiqué le Jutus et que tu te complais dans les trois arts, ne crois pas que tu es arrivé au bout du chemin, ce n'est que le début du commencement initial.

 

(à suivre sur votre écran)

 

mise en page avec l’ancien système aussi longtemps que ce sera possible ...

06:00 Écrit par Xian dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2007

Divorce

Quatre années de skynet en plein accord et un rapport Henri/communauté parfait ...

mais voilà, depuis quelques semaines, il m'est impossible de formater mes textes selon mon idée de leur lecture ...

une visite rapide sur le forum des blogueurs m'apprend que Skynetboss a décidé d'utiliser un autre système d'interface...

pas de panique, vous trouverez donc ici votre message d'accroche et le lien qui vous enverra lire la suite des aventures de Henri là où on ne demande pas à ceux qui écrivent d'être aussi graphistes, metteurs en page, informaticiens... enfin, d'avoir toutes ces compétences merveilleuses que je suis incapable d'apprendre ...

 

à demain, si vous le voulez bien ...

05:30 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/09/2007

La chose infernale

 

Une nouvelle nouvelle de Xian ?

La chose infernale ...

Bien entendu, j’ai les deux coudes appuyés sur la table et je me prends la tête entre les mains. Je suis menotté mais bien habillé, enfin, je porte des vêtements décents eu égard à mon rang, L’enquêteur principal, un de la Nyp (ancienne police de Nouille-orque) est debout, air furieux, le décor ressemble à s’y méprendre à une cantine pour fumeurs de chez Carrouf avant l’interdiction de fumer sur les lieux de travail ou encore à ces images si fréquentes qui subliminent les divers experts télévisés. Devant la porte du fond du local un joueur de base-ball catégorie super lourd en uniforme de garde de la paix local (hé oui, l’époque est brutale, il faut garder la paix). — Niez-vous que ce témoignage vous accable ? dit l’inspecteur. — Messieurs, je vous répète que votre enquête est inutile, je n’ai rien à ajouter aux déclarations que j’ai faites à l’assistante de Harter, votre coroner. S’il vous plaît de m’incarcérer, faites-le, exécutez-moi, même si vous avez besoin d’une victime pour votre parodie de justice. Faut-il le répéter à en mourir ce qui ne vous plairait pas plus qu’à moi : Je ne sais absolument pas ce qu’est devenu celui que vous appelez le colonel Kirlof. Peut-être suis-je brouillon ou incomplet voire incohérent dans mes propos, c’est possible, on ne pourrait me reprocher d’être un peu amnésique après avoir vécu ces enfers successifs que furent ces derniers jours. Un énorme soupir poussé par le lieutenant de la police criminelle et judiciaire ponctue la déclaration de Henri Pierre Liberski tandis que le policier de faction dandine.  

— J’ignore la raison pour laquelle j’ai été retrouvé seul complètement nu sur les berges du marais Salan et encore moins pourquoi vous ne semblez apporter aucun crédit à mon récit. Pourquoi Monsieur Kirlof, aperçu en ma compagnie par des témoins que vous allez me faire rencontrer, dites-vous, n’est-il pas ici pour m’innocenter, je n’en sais rien, rien de rien ! Il s’est passé quelque chose, c’est évident. Je ne vais pas m’en soucier soudainement, je vous assure qu’être aux côtés de Kirlof est en soi vivre sans cesse des événements extraordinaires.      
Nul besoin de présenter Kirlof, toute notre petite ville affirme savoir qui il est depuis le matin où lui et moi sommes venus nous installer dans la maison que lui avait léguée sa tante Elaine Avunculhair. Tout le monde prétend que Kirlof est un nom d’emprunt, presque un anagramme très, trop transparent du nom d’un renégat fameux : Olrik. J’ose affirmer, moi, que je n’en sais rien. Pour moi, Kirlof restera toujours mon ami Andréï Kirlof, docte chercheur aux études desquelles je participe activement. Je l’ai rencontré il y a six ans au MIT, nousavons fraternisé lors de découvertes communes concernant la Déhenne, c’est alors qu’il m’a fait connaître pour la première fois ce livre assez ancien dont il tirait des avis souvent judicieux. Nous nous sommes installés ici à Graveyardhill deux ans plus tard et je ne peux rien dire quant à son passé plus ancien. Des paparazzi ont affirmé qu’il était, d’après des archives secrètes du Nacht Und Nebel, le Sturmbannfürer Ulrich von Großerschnurrbart de Bad Schaumbad, rien ne me semble convaincant dans les tentatives de preuves que l’on a voulu apporter et je le répète c’est mon ami, il n’y a aucune raison pour qu’il ait disparu.

(à suivre)

(formatage excentrique dû au nouveau système assez débile de mise en page des Skynetblogs depuis quelques semaines)

 

 

Pour être averti de la parution de la suite (texte complet, il faut s'abonner gratuitement à la Dépêche, une page de News qui vous arrive chaque mercredi dans votre boîte à lettres...

05:15 Écrit par Xian dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/09/2007

Ce lundi, Xian est là ...

http://liensutiles.forumactif.com/Photographie-c7/1004-tr...

et Henri dans le parc avec ses deux gardes du corps, en savoir plus ?

Revenez demain...

 

et pour ceux qui parlaient de la séparation de la Belgique comme d'une nouveauté, relire ... (en page 24 et suivantes si mon souvenir est bon)

http://xian.unblog.fr/files/2007/09/420dmembrementdelabel...

 

08:01 Écrit par Xian dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |