31/03/2006

Assurances

-- votre skyblog assuré chez AXA maintenant ;-)
-- fini les sites trash gratos ;-))

>>AXA PRIVATE EQUITY RACHETE 80% DE SKYROCK
[CBnews 28.03.06]
Axa Private Equity, filiale de capital-investissement du groupe Axa, va racheter 80% du capital de Skyrock. Le groupe restera dirige par Pierre Bellanger, toujours proprietaire de 20% du capital. La filiale d'Axa rachetera, pour un montant non devoile, la participation jusque-la detenue par Tamago, une societe detenue par Morgan Grenfell Private Equity et Goldman Sachs. L'operation reste soumise a l'autorisation du CSA.

07:45 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/03/2006

ça va enerver kapkao ...

Le premier fabricant mondial de chocolat annonce une flambée des prix.

En cause : la forte demande en provenance de Chine. Le monde va-t-il manquer de chocolat ? Le géant suisse, Barry Callebaut, premier mondial qui alimente en amont les confiseurs, les industriels, les boulangers. Le président de Barry Callebaut explique très tranquillement que si la consommation continue à croître de la sorte dans les pays asiatiques, " la demande pourrait dépasser l'offre dans les 5 à 10 prochaines années", et d'ajouter en conséquence, que le consommateur final peut s'attendre à une hausse des prix. Car les Chinois, les Indiens, les Indonésiens se mettent au chocolat, et visiblement, ils apprécient. La demande dans la région Asie-Pacifique augmente de 25 à 30 % par an. Mais, voilà, le cacao, ne peut être récolté que dans une fine bande, le long de l'Equateur. Et un arbre doit avoir au moins 5 ans, avant de pouvoir commencer à produire des fèves. Bref, on le voit, la Terre n'est pas assez grande pour satisfaire le milliard de Chinois et le milliard d'Indiens, juste à coté. Mais, cette fois, c'est une pénurie plus inquiétante, car elle ne concerne pas les matières premières comme le pétrole, le cuivre, le fer ou le charbon des matières qu'on sait, de toute façon, épuisables. Non, maintenant, on commence à parler de pénurie de denrées alimentaires : la fève de cacao. Voila qui devrait alimenter encore un peu plus la psychose sur le thème de "la Chine qui va tous nous bouffer"

07:21 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

29/03/2006

Bretelle de soutif ?

Ainsi donc, d’une part un document de la loge, d’autre part un document de la curie … Henri se fit quelques réflexions instantanées, regarda en souriant Julie la Rousse, répondit sèchement à M.. "Alors quoi ?"

— Eh bien ! Les informations concernent un groupe terroriste, enfin, c’est comme cela que l’on nomme les voleurs de pommes, désormais, il faut aller voir, enfin, lisez le dossier avant de vous lancer dans l’aventure, mais il faudrait conclure avant l’été, et soyez sur vos gardes, l'éditeur de programmes antivirus Symantec estime que la France et la Belgique seraient devenues une cible privilégiée des cybercriminels.

— Bah, vivent les criminels, on parle d’eux à la télé et dans les gazettes, ils assassinent, on les enferme, le temps de faire autopsier les assassinés par des experts et on relâche les pôv petits qui zont pas vrément été méchants, bonus garanti psychiatrique et dames d’oeuvres...

— Ne riez pas Henri ! Un certain Petitguillaume dit " le laborantin liégeois " est à observer, il soude, copie, colle, il démonte des puces, manie des électrons, un plan pour une centrale iranienne, coréenne ? Qui sait une bombe atomique ! On peut le circonvenir paraît-il d’une bonne dringuelle.

 

Les fous de dieu sont de tous temps, de notre temps, du même temps, en même temps, le temps n'existe pas, il est une simple notion du permanent... Nous ne passons pas nous ne courons pas (sauf aux soldes) nous nous usons, simplement, un peu idiotement, il faut bien le dire... Une impression étrange m'envahit parfois : minuscule. De plus en plus petit, vieux, ratatiné. Et ce ne sont pas les chanteurs marquis belges et morts qui pourraient me redonner espoir contre les marchands du temple, les pédalos maires de Paris, les chefs de file de la Walbanie ou les intégristes barbus. Il est temps de ne plus rien dire ou juste n'importe quoi. Tout est louche pour la grande bourgeoisie politique. Tout est à prendre même quand il ne reste rien pour les dépeceurs de cadavres rouge sang. Il semblerait que ces messieurs – dames (parité ! parité ! parité ! égalité ! sexualité … ? ah non, c’est une autre manif !) ne comprennent pas les conséquences des lois qu'ils adoptent. Sont-ils donc de vrais imbéciles ? A l'évidence quand on entend Annie Cordy, Pierre Harmel ou Jack Lang. Mais les autres tous aussi ? Comme c'est bizarre d'attendre que les Polonais veuillent bien que l'on légifère la TVA en application dans nos restaurants ou que les candidats Serbes fassent des funérailles intimes à leur héros national. Hitler, Milosevic et le gouvernement irakien ont bien été élus populairement et démocratiquement, les derniers avec le soutien de l’union européenne, gardienne des vertus conjugales. Quand on pense qu'il n'y a pas si longtemps, les pauvres allemands marchaient au pas de l’oie dans les rues de Rouen tandis que de Villiers regardait brûler Jeanne d’Arc, une pucelle qui brûle, quelle jouissance, d’autres marchaient droit en allant à l'église, et les voilà qui se courbent sur un tapis de prière mal orienté.

Que nous veulent tous ces gens alors que je passerais ma journée à caresser la poitrine de Julie, j’en ai encore aux mains des souvenirs vivaces. Pourquoi les Serbes devraient-ils renier Milo et les popes ? Pourquoi les gens de Bassora mitraillent-ils à qui mieux mieux ceux de Bagdad ? On est loin d’Hassan et Kadour, on va pourtant leur vendre des Carrefour aux uns et aux autres, peuvent pas faire leurs courses sans mitraillettes ?

Ces gens qui veulent être maître chez eux, c’est dérangeant, à la fin ! Ils veulent quoi pour finir ? Qu’on leur donne vraiment tout ? Notre chemise et les SDF, les sans papiers, mais que ferait-on dans les associations sans but lucratif sauf social et pour le président s’il n’y a plus de faux pauvres ? Doit-on exporter le modèle européen global avec banlieues, pour être tranquilles ?

 

— Henri, je sens que tu t’égares murmure M en regardant le bout des bottes de Julie, cuissardée jusqu’au haut de la cuisse, normal pour des cuissardes, et excitant, comment savoir la douceur de la peau entre cuir et string sans y mettre les doigts ?

— Oui, Chef, je confonds tout, mais, je vous promets, la semaine prochaine, l’enquête démarre sur les chapeaux de roue, en même temps que la campagne électorale municipaliste belge et celle présidentielle et royale française. Mais vous avouerez que les choses se compliquent. Pourquoi ferait-on simple ? Qui va donc dévisser dans les jours prochains ? Mittal ? Ford ? Benedikt de Rome ? les skieurs sur la fausse poudreuse des Arcs, les buveurs de jaunet à Port Boucau ? Pas un jour sans biestries inhumaines à s’en dilater définitivement la rate, le ballon de foot, l'actionnaire de Floride, l'ancien des hauts fourneaux, le sponsor de Jennifer, la bretelle de soutif de la fille Delor.

— La bretelle de soustif ?

— Oui, sans compter le nouveau contrat d’embauche qui rameute les brailleurs qui n’y comprennent rien, pourquoi seraient-ils concerné, ils quittent l’unif, ils sont chômeurs, qui leur parle d’embauche ? On ferait mieux de se pencher sur le sort des cigarières cubaines qui perdent leur emploi socialiste à cause des capitalistes qui ne peuvent plus fumer, sauf du kif entre Maastricht et Liège. Chef, je vais m’y coller mais ne venez pas dire que je vais faire monter le lait et que le couvercle de la marmite va exploser : Il y en a du monde à remettre dans le bon chemin ! En plus, faut faire attention au Sida, à la leptospirose, à la psittacose, à la télévie et aux téléchargements gratuits.

06:01 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/03/2006

Lundi de printemps

Henri lundi n’est pas celui du mercredi, voilà une grande nouvelle qui ne peut que séduire les lectrices, une sorte de Henri à quatre mains...

Henri lundi pose les jalons, place les personnages, dispense les rôles que le Henri mercredi peaufine, on n’ose plus parler de vendredi, le Mrax et autres compères colorés s’en offusqueraient une fois de plus.

Des promeneurs avaient signalé pour la première fois mardi après-midi la présence dans le parc d'un animal ressemblant à un loup. L'animal a été rapidement repéré, en face de la 59e Rue, et identifié comme étant un grand coyote adulte, probablement venu du comté de Westchester, la banlieue du nord de New York, via le Bronx. Mais il a fallu près de 24 heures pour le capturer, la bête échappant par deux fois de justesse à ses poursuivants. Le parc n'a cependant pas été évacué, "les coyotes évitant par nature le contact avec les hommes", selon les autorités. L'animal a été finalement neutralisé mercredi, grâce à une piqûre de tranquillisant tirée par une unité spécialisée de la police. Heureusement pour lui le coyote a pu démontrer qu’il n’avait fréquenté aucun pays communiste et n’avait commis aucune action terroriste préalable.

08:01 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/03/2006

 

J’avais vu le tirage du Forbes, du Trends, du Financial, je savais que William Henri Gates n’était pas un marchand de courroies pour ventilateurs automobiles ou de durites, mais l’homme avoué le plus riche de 2005. Je n’ai conçu aucune jalousie, pas d’envie particulière, je sifflotais en allant au rendez-vous.

"Avez-vous une idée de tout ce qu’on vous cache à propos de la Guerre en Afghanistan ?", demande Le Couac. "Avez-vous entendu parler de cet enfant né avec deux têtes ?", répond Debilo Inquirer. En voilà des questions qui traumatisent, j’espère que rien de tout cela n’est à l’ordre du jour. Pom po pom je marche, air en tête vers une certaine Julie.

 

Le début d’après-midi est frileux et le parquet de justice belge toujours aussi embarrassé de ces préjugés. Il y a quelques jours une Turque, comment peut-on être Turque alors que l’on peut facilement être Belge, s’évadait du pays de cocagne où l’assistance publique ne sait plus à quels saints se vouer pour donner aux miséreux du monde entier, une manne d’osier percé. Ce week-end, un papy sous influence d’un médicament contre la pneumonie (quatrième cas de violences suite à la prise de ce médicament) étrangle une co-hospitalisée garantie par la sécurité sociale. Déjà certains s’enflent : voyons voir, avait-elle son petit livre rouge de la collégialité PS et de s’exclamer : heureusement !  L’impatient de l'hôpital Gasthuisberg, âgé de 78 ans, originaire de Wilsele, parlant couramment le beschaafd nederlands, a été placé sous mandat d'arrêt pour avoir tué une patiente de 87 ans de Roosbeek et en avoir blessé sept autres. Un week-end haut en couleurs chez les cathos ! Alors qu’il fallait poser quelques préalables questions aux médecins et infirmières, — mais la mode est à la cajolerie des labos pharmaceutiques (combien de mio € d’euros le vaccins avionique aviaire ?) d’ailleurs tout est bien pour la finance, comme le dit l’agence Plasma : L'Irak a rapporté 1,6 milliards d'euros aux entreprises britanniques... A propos de Britanniques, cela n’a rien à voir mais j’y pense soudainement, à partir du 7 avril, on pourra lire une aventure amoureuse contemporaine et décalée. Henri Belle – (parution bimensuelle). Henri Belle : chez http://xi.skynetblogs.be

 

Y en a un peu marre de cet hiver à la con qui perdure ! Le réchauffement de la planète me durcit les burnes, voilà que je commence à parler grossier, c’est ainsi quand on m’énerve ! Suite de l’aventure dans la drache, le temps d’être mouillé d’un crachin mêlé de toute la pluie du ciel qui tombe sur nous et d’entonner une complainte à la Verhaeren. Le temps d’entrer et le garçon de me remettre un mot : Il vaut mieux se voir près de chez Jeanneke.

 

Il n’y avait au bar select, au rez-de-chaussée de l’Amigo, que deux clients, Michael Gondolfo et une femme très élégante que je reconnus tout de suite malgré ses cheveux colorés je le vaux bien pour le plaisir et le bénéfice de madame Loréole, le visage maquillé grand faiseur. Le délégué italien d’Universal export fit les présentations, il ne savait pas, semble-t-il qu’elles étaient inutiles. Ça ne s'entend peut-être pas, mais depuis l'instant où elle m’a regardé entrer, je me suis senti brillant, léger, bien dans ma peau.

— Vous allez travailler ensemble dit le chef confirmé par un sms de la station papale d’été. Voici les documents confidentiels concernant cette affaire. En bref, le cardinal Van Rooy a entendu en confession, un certain Langeneus, il se prépare du vilain. À côté de cela, les fourberies de Scapin ne sont que broutilles et mille pains.

— Mie de pain ?

— Ne m’interrompez pas, s’il vous plaît, l’heure n’est pas à la gaudriole ajouta MG en jetant un regard rougissant sur les formes athlétiques de ma partenaire. Un type pourrait peut-être vous aider, un gars qui a des entrées, un Polonais, un émigré de Rostok qui semble avoir violenté un jeune blond, étranglé une vieille retraitée, craché dans la rue et pédalé à plus de trente kilomètres heures dans une salle de fitness près d’une école gardienne. Attention à la douf, il paraît qu’il fait cul sec à toute occasion.

05:35 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2006

Suite en longue froidure

Il s’agissait donc d’une information capitale qu’allait me donner Julie Larousse. Je sème aux quatre vents m’avait-elle dit au téléphone...Allait-on berdeller comme des baraqui de la reconstruction des tours jumelles ou quoi encore qu’aurait inventé Deubelyou. Allait-elle me parler plus banalement des 34.000 inscrits pour les épreuves de recrutement au niveau C , examen concours pour une douzaine de postes de fonctionnaires de l’état belge, fonctionnaire, un métier stable et d’avenir, même pendant les guerres, on fonctionne, mal peut-être, mais pas plus mal qu’en temps de paix. Mais quand est-ce la paix, qui va nous laisser en paix ? Si mon souvenir est bon, cette Julie, fut l’amie du colonel François, familière des labo top pharma et voyageuse de la tringle d’or, on la vit dans la rue lors des émeutes parisiennes et lyonnaises de novembre dernier. Historiens et sociologues insistent sur les résonances politiques – précisément démenties, de ces émeutes. On se souvient que des amis m’avaient demandé d’en faire rapport, j’ai circulé de Barbès à Villeurbanne, un coup de gnôle en vitesse à Toulouse, un autre rue de Rivoli et j’ai constaté que les bronzés n’avaient plus de shit. Quelques semaines avant les émeutes, la France a été frappée par une grosse pénurie de cannabis. Étrange coïncidence. Beaucoup de jeunes avaient les crocs et le bourgmestre rougissant de Liège, — ville toujours à la remorque de la belle parisienne, s’est empressé de faire voter par le conseil municipal un subside à des succursales du Lotus bleu : Drogue à tous les étages. A Paris, donc, beaucoup n'avaient rien à fumer et la tension était palpable.

 

 

Le monde est en désordre, je bâtis, tu rénoves. Le monde ne peut pas être en ordre. Cependant le problème du logement est résolu, le réchauffement combattu, demain, toutes les maisons seront si bien isolées que l’on ne pourra même plus y respirer … Encore un coup des Savoyards, les hommes noirs…. Le "ring" a été saturé durant huit jours, tout est pour le mieux en ce qui concerne la régulation des migrations d’esclaves quotidiens et de poulets qui se chatouillent d’un seul côté, j’ai pris un autre chemin se disait Henri, à bien des kilomètres refroidis de la baie vésuvienne.

05:54 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/03/2006

mercredi, lendemain de printemps

Sex pistol tourna autour de la charrette d’un marchand de gelati Ola et vint s’asseoir sur la chaise pliante face à la feuille blanche. 

— Oui, dit-il en français, je viens de la part de Gérard Deprez, dessinez-moi mon plus beau profil.

Sex pistol constata de visu le regard sondeur du croqueur de touristes. Le dessinateur marmonna, assieds-toi avec un fort accent flandrien et demanda : « Gauche ou droite » ?

— Le meilleur profil, Mijnheer Batthiste.

— Hello, profeciat en speculoos.

C’étaient les mots qu’il fallait dire.

— Vous avez mon matériel ?

— Geld ?

— Albergo.

— Que Albergo ?

— Hotel Excelsior.

 

 

Le Napolitain siffla d’admiration pour un touriste aussi fortuné, les tarifs du quartier général de Luciano laissent souvent l’hôte distrait devant un amoncellement de factures qui en dit long sur les suppléments possibles en hôtellerie.

 

— Materiaal in den auto, reprit le sciuscia retraité en désignant un tas de ferraille relookée tuning Mama Mia Madame Durand, stationnée le long d’un caniveau véhiculant un filet d’eau colorée mauve.

— Nu, wij gaan naar de kamer.

— Well welle répondit l’Italien parfait multilingue après son séjour mutuelliste aux Mines du Grand Hornu.

 

Un lent mouvement se dessina, repli des tréteaux, enroulement de cartons, refermer les chemises, pousser le triporteur contre un mur.

— Vous ne cadenassez pas ?

— Pourquoi faire, alors, on va voler mon cadenas. Allons-y.

 

D’un pas soudain plus martial, les deux hommes se dirigèrent vers la Fiat mille. Sex pistol ouvrit la portière côté passager et se laissa glisser sur le siège éventré par un ressort rouillé.

 

 

 

Fm radio. Communiqué de France-presse : Deubelyou en visite éclair en Afghanistan, premier producteur de fumier.

Je vire sur l’aile de ma nouvelle Peugeot Simca rembourrée, nique aux flics. Assez cinématographiquement, comme je me pointe devant le Agastache et Tonka, une camionnette démarre, j’engage le museau de mon char, marche avant arrière roues braquées hop contre la bordure impeccable, je sais déjà que je prendrai un Gevrey – Chambertin avec une côte de cerf à la crème du Tonka qui n’est pas comme je l’avais pensé de prime abord un nouveau pays balkanique mais une fève qui épice, riche en coumarine. 

06:56 Écrit par Xian | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |